Représentant du personnel, frein ou avantage?

Pas toujours facile d’être représentant du personnel. Certains pensent que cela n’a que des avantages. C’est à voir ! Si les responsabilités peuvent apporter beaucoup, attention à la posture ! Un élu n’a plus les mêmes relations avec son employeur. Est-ce néfaste alors pour sa carrière ? A voir…

 

Quels changements au quotidien ?

Avoir été choisi par ses pairs

Être représentant du personnel, cela peut être un sacerdoce mais aussi une petite fierté. Celle d’avoir été choisi par ses collègues comme l’un de leur digne représentant. Deux manières de le devenir :

  • Par une élection, (CSE) dans les établissements de 11 salariés et plus.
  • Par une désignation (CE + DP) pour les membres du CHSCT (ou de la commission CSSCT au CSE) ou un syndicat pour les délégués syndicaux.

Des réunions sur le temps de travail

Ils se doivent d’assister aux réunions mensuelles avec l’employeur. Des rendez-vous à préparer en amont avec les autres représentants pour décider quelles questions poser et faire remonter au mieux les aspirations des salariés.

Ces heures de réunion et du temps de délégation sont rémunérées sur le temps de travail des représentants. Durant ce temps, les élus sont dispensés de poste de travail, notamment quand ils préparent ou assistent aux réunions.

Diverses protections

C’est une des principales particularités : ils bénéficient tous d’une protection contre un éventuel licenciement et sont considérés comme des “salariés protégés”.

Pourquoi ? Du fait de leur statut, tout simplement ! Les missions confiées peuvent être une source de conflit avec l’employeur, qui pourrait être tenté de sanctionner ces salariés devenus « indésirables ». Hé bien ce n’est pas possible ! Ou bien très compliqué puisque c’est à l’inspection du travail de prendre la décision finale.

Les représentants du personnel bénéficient d’une autre protection au cours de leur mandat : l’impossibilité de voir leurs conditions de travail modifiées sans leur accord : changement d’horaires, passage d’un bureau individuel à un bureau partagé, ect.

Un frein à l’évolution professionnelle ?

Mais être représentant peut aussi avoir des inconvénients connexes. En devenant un élu, le représentant se retrouve dans une place complexe entre l’employeur et les salariés, tout en restant lui-même salarié. Pas facile comme position …

La preuve, le conseil des Prud’hommes gère très souvent des cas où des employeurs n’apprécient pas d’avoir des représentants du personnel trop “virulents” dans leur entreprise et tentent de les soumettre à un gel des salaires ou à une mise au placard.

Pour exemple, selon un article de La Tribune (1), les délégués syndicaux seraient bien moins promus, et payés en moyenne -10 % que leurs collègues. 40 % d’entre eux déclarent que leur mandat a été un frein à leur carrière.

Recrutement, CV, entretien : faut-il en parler ?

Non ! Surtout pas !

Parce que ce n’est pas toujours bien vu par l’employeur, il faut être honnête, mieux vaut ne pas mentionner ses activités de représentant du personnel antérieure dans son CV pour une future recherche d’emploi.

Certains employeurs pourraient en effet mettre rapidement de côté de tels CV, par crainte de recruter une personne vindicative, alors même que la loi interdit ce genre de discrimination à l’embauche !

Dommage finalement, car un élu du personnel à le sens des responsabilités et du collectif, il sait ce qu’est l’émancipation par le travail, de plus, il apte au travail et autonomie et généralement ii sait travailler en autonomie. Seulement, il est sensible au respect.

  • https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/pour-ameliorer-le-dialogue-social-garantir-d-abord-la-carriere-des-representants-du-personnel-479943.html


  • ABONNEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER
    quis leo sed libero tristique et, adipiscing